Echos du Troisième Quasar...

Passant du Dark Ambient à un Space Ambient qui, après mûre écoute, n'en devient pas plus clair ou plus léger, voici ma nouvelle composition : j'ai décidé de me projeter dans un univers de science-fiction, ou le néant de l'espace absorbe tout repère, toute conscience, et anéantit toute croyance pour ne laisser dans la conscience qu'un vide froid... Immense relativisation de tout ce à quoi nous tenons, les noires éternités nous enveloppent dans un espace que ne troublent que d'infimes parcelles de matière...

Je n'ai pu que penser, en composant ce morceau, au roman de Norman Spinrad, Les avaleurs de vide (1974) : « Le vide l'ignorait et ne s'en souciait aucunement : le vide n'existait pas. Il était la non-existence éternelle et infinie qui englobait et écrasait de son immensité ce qui existait. »


Articles les plus consultés